BALMAIN x H&M

IMG_6623

« Le train à destination de Strasbourg est annoncé avec un retard d’environ 1h15, merci de votre compréhension » … Bon, je vais avoir le temps d’écrire mon article.

Je fais partie de la #hmbalmaination ! Vous vous souvenez du jour où H&M a annoncer sa collaboration avec Balmain ? C’était la folie sur Instagram et dans ma tête par la même occasion. Mais cela remonte au 18 mai, alors il a fallu s’armer de patience jusqu’au 5 novembre pour enfin découvrir cette fameuse « guest collection ». Enfin « découvrir », entre les photos des red carpets de Olivier Rousteing accompagné de Kendall Jenner et Jourdan Dunn, le défilé et les différentes pièces que l’on découvrait au fur et à mesure, on a eu le temps de saliver.

Quand toute la collection fût visible, j’ai commencé à trier en trois catégories : je ne veux pas, ce n’est pas grave si je n’arrive pas à l’avoir, par contre ça je tue pour l’avoir. C’est donc paré pour une guerre que je suis arrivé à 7h14 devant la boutique H&M de Strasbourg (rempli d’espoir en pensant être dans les premiers, 7h14 quoi). À ce moment, je me suis rendu compte du carton qu’aller être cette collection, car une cinquantaine de personnes étaient déjà là …

Contrairement à certaines villes, l’organisation de Strasbourg était irréprochable : le principe était qu’un groupe de quinze personnes descendait dans ce qu’ils appelaient la zone Balmain pour une durée de 10min, une fois le temps écoulé, ces personnes étaient dirigées vers les caisses pour pouvoir faire descendre un autre groupe, vous saisissez le concept ? J’avoue que l’attente fût donc longue, mais la team H&M était aux petits soins pour nous : thé, viennoiseries et bouteille d’eau à l’effigie de la collaboration se sont succédés pour nous faire patienter (ça a quand même ses avantages de ne pas être dans les premiers).

Après un peu plus de deux heures d’attente, c’était enfin à mon tour de pénétrer dans la zone. Escorté par un vigile, elle était là devant nous, magnifique (et surtout bientôt vide), la fameuse zone. Ouais c’est un peu décrit comme une apparition divine là, mais c’est vraiment ce que l’on ressent après une telle attente. Les pièces que je convoitais étaient encore là, c’est de nouveau la fête dans ma tête, ah non pas la ceinture parfaite qui aurait donné le côté ultra chic et cool à une tenue minimaliste comme je les aime, c’est bizarre, c’est plus autant la fête là … Voyant le pantalon cargo seul sur son portant, je me suis jeté dessus, puis je me suis attardé sur les bottines en daim. Mis à part la ceinture, j’avais tout ce que je voulais, sans une égratignure en plus ! Mes deux pièces emballées dans un petit énorme sachet, je sortais enfin de la boutique en remontant la file et en sentant les regards envieux sur moi … Arrivé à la fin de celle-ci j’ai aperçu un garçon, qui est dans la même école que moi, un peu dépité d’encore trouvé une aussi grande file à cette heure. Ne voulant pas lui donner de faux espoirs, je lui ai clairement dit qu’avant qu’il ne puisse accéder à la zone Balmain, il ne resterait plus rien … Encore désolé si tu passes pas là. 

En tant que grand lecteur du magazine GQ, je suis tombé, dans le dernier hors-série, sur une interview de Olivier Rousteing concernant cette collaboration. Il y explique qu’il a voulu garder l’ADN Balmain, ce qui, je trouve, est une réussite totale grâce à la réinterprétation d’anciennes pièces Balmain. Du coup, c’est une semaine après cette expérience que je vous propose ce look. Je pense que les pièces que j’ai choisi son assez simples pour pouvoir les associer à beaucoup de choses. J’ai shoppé ce pantalon cargo en laine et ces boots en daim que je considère dorénavant comme des basics sophistiqués.


 

Je voulais finir ce post en vous parlant de ces attentats qui ont eu lieu vendredi soir à Paris, et plus particulièrement de celui fait au Bataclan : j’ai trouvé le texte d’un écrivain qui allie horreur et beauté des mots … Voilà ce qu’il écrit :

Maman, j’ai beaucoup de choses à te dire.
Ce soir, je suis rentrée dans cette grande salle et j’ai dansé. Dansé. Dansé. J’ai dansé à m’en écorcher les pieds, j’ai crié à m’en esquinter la gorge. Je n’ai plus de voix. Tu te souviens le nombre de fois où je t’ai demandé, les mains moites, si tu acceptais de me payer cette place de concert ? Tu as fini par dire oui. Alors ce soir, j’ai laissé la musique m’emporter. J’étais en transe, maman, tellement c’était dingue. On était tous là, collés, criants, suants, des sourires jusqu’aux oreilles. Une joie inconnue enveloppait nos corps et la musique nous enchantait. Puis il y a eu un « boum ». Tu sais, le genre de « boum » qui rompt le charme, qui brise le rythme. C’était un son en plus de la musique, qui sonnait un peu faux. Tout s’est tu. Les instruments ont cessé de résonner, les cris sont devenus muets. J’étais essoufflée, désorientée, je respirais fort. Et le « boum » a retenti de plus belle. J’ai entendu des cris perçants, comme des appels au secours. Il faisait tellement chaud et pourtant, on avait si froid. Les boums sont devenus de plus en plus rapides, ils s’enchaînaient… Alors on s’est couchés. Le sol semblait trembler mais c’était nous, qui tremblions. Et les coups de canon ne s’arrêtaient pas de chanter. C’était un autre concert, des autres notes et les seules paroles audibles n’étaient que des râles agonisants, des plaintes affreuses. Maman j’aimais la musique, mais pas celle-ci… Et je crois qu’ils l’ont compris. Moi, au contraire, je n’ai pas eu le temps de comprendre. Ils m’ont tué maman. Ils ont fait chanter leurs balles contre moi pour la simple et bonne raison que j’étais là, au mauvais endroit. Le mauvais soir. Ils m’ont tué et je n’entendrai plus jamais la musique.
128 autres personnes n’entendront plus jamais la musique.
Maman, ce soir, je viens te dire que mes notes se sont tues mais que la chanson continue.

Fuck it.

J’ai aussi été très touché par la vague de soutien qui s’est créé ce même soir sur Instagram, relayé de l’individu lambda aux plus grandes stars, et des pays qui illuminaient leurs monuments pour faire de ce monde, un monde en bleu blanc rouge … #prayforparis

IMG_6485

IMG_6523

IMG_6574

IMG_6538

IMG_6596

IMG_6568

IMG_6266

IMG_6619

Perfecto, Zara / Pull, Cos / Pantalon et boots, Balmain x H&M.